Comment s’arrêter peut nous permettre d’avancer? La nécessité de se mettre en pause.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 18
  •  
  •  
    18
    Partages

La pause est absolument nécessaire. Comment vous expliquer ce que je viens tout juste de mettre en pratique?

Boulot boulot boulot…

Je suis (ou plutôt j’étais) une vraie workaholic. Véritable droguée de boulot, j’avais besoin de mon shoot quotidien: celui qui me dynamisait, me permettait de déplacer des montagnes et de faire bouger les frontières et qui me donnait l’impression d’exister. Eh bien ça, c’était avant ce jour fameux jour de décembre 2016 où j’ai douloureusement pris conscience que tout cela n’était qu’un mirage. Un jour, c’est promis, je vous raconterai tout dans un livre reprenant mes notes lors de ces jours sombres.

Eh bien aujourd’hui, je suis très heureuse qu’il me soit arrivé cela car ma vie prend un sens différent. J’ai découvert qu’il existait une touche “pause”.

Appuyez sur “pause”, c’est nécessaire et productif

Les pauses sont la condition nécessaire de la productivité, de la créativité et du bien être.

Vous vous en êtes probablement aperçu,

  • On est beaucoup plus attentif et concentré après une pause
  • On voit les choses sous un autre jour après une bonne nuit de sommeil
  • Les idées reviennent pendant les vacances!

Notre cerveau a impérativement besoin de couper pour traiter les informations. Les études sur la psychologie de l’apprentissage ont mis en évidence qu’un contenu à apprendre qui était fractionné et entrecoupé de brèves pauses était nettement mieux retenu.

Pendant les pauses, notre système émotionnel se régénère également. Les émotions ont le temps de s’apaiser et on peut ainsi choisir la réponse la plus adaptée à donner. Il faut absolument sortir le nez du guidon pour voir loin!

On n’est pas des machines

Le cerveau humain fonctionne ainsi. Il a besoin d’un temps de récupération pour exploiter toute sa richesse. C’est sans doute pour cela que les robots pourront peut-être nous remplacer sur des tâches mécaniques, répétitives et lourdes d’informations à manipuler mais jamais sur les rapports humains et les activités nécessitant de la créativité.

Si le robot n’a pas besoin de pause, nous, humains avons besoin de 3 types de pause. Les études ont montré leur nécessité.

  • 15 minutes de pause toutes les 1h30 à 2h
  • 7 à 9 heures de sommeil par nuit
  • Deux semaines de vacances tous les 6 mois

Les pauses en journée

Hors de question d’enquiller les activités les unes après les autres sans transition. Vous risqueriez l’épuisement et surtout  l’appauvrissement de  votre rendement.  Que faire pendant ces pauses? Bouger et respirer! Oubliez votre téléphone et votre ordinateur, allez faire quelques pas et respirez au grand air (ou à la fenêtre). Vous pouvez aussi favoriser les activités sociales: allez échanger avec vos collègues ou passez un petit coup de fil.

En début d’après midi, une pause de type “micro sieste” ou méditative est tout indiquée.

Entre ces pauses, vous serez d’autant plus productif si vous vous concentrez pleinement sur les activités en limitant les sources de distraction. Éteignez votre téléphone et désactivez la réception des mails et des notifs facebook! Euh, …voilà pourquoi je réponds moins qu’avant au téléphone 😉

Douce nuit…

La moyenne des humains a besoin de 8 h par nuit mais s’il existe des variations interindividuelles, les études ont toutes montré qu’en dessous de 6 heures de sommeil, les performances intellectuelles et attentionnelles se dégradaient très sévèrement. Ne parlons même pas de la régulation des émotions! Bien sûr, l’expression “comme on fait son lit, on se couche” prend ici tout son sens, il faudra mettre en place un petit rituel de coucher apaisant et permettant d’évacuer toutes les tensions de la journée. Je recommande ici la tenue d’un journal. Il faudra comme vous vous en doutez éviter les activités trop stimulantes au coucher.

Le réveil doit tout autant être soigné. Adepte du “miracle morning”, je m’engage à vous en parler dans un prochain article.

Vacances: 2 semaines tous les 6 mois

Bon, là, je vous relaye des études américaines… mais je n’adhère pas du tout car, pour mon cas personnel, je trouve cela très insuffisant. Les vacances (pas chez soi!) c’est in-dis-pen-sable!

En effet, nous avons besoin de couper notre quotidien, de bousculer pour un temps nos repères et de vivre sans horaires pour nous re-synchroniser de manière plus naturelle. En vacances, on se cale davantage sur le rythme des saisons et de la nature. Cela ferait vraiment bien rigoler nos ancêtres…

Les activités doivent être très différentes… et ô surprise, vous aurez plein de nouvelles idées! Avez-vous d’ailleurs remarqué qu’en septembre, beaucoup de magazines titrent sur le fait d’initier une nouvelle vie (changement de travail, création d’entreprise, nouveaux projets, nouvelle organisation, …). Les rédacteurs ont bien compris ce qu’il se passait dans votre tête à ce moment là. Un vent de renouveau et d’espoir souffle sur votre vie… Vous reprenez ressourcé…

Et si on conservait ce souffle sympathique toute l’année en se ménageant des pauses?

Petit sondage à mes lecteurs: que faîtes vous pendant vos pauses?

Laissez moi un petit commentaire ci dessous


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 18
  •  
  •  
    18
    Partages
  • 18
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *